Bonjour tout le monde !!!!

Poste par Phil Le 14 - décembre - 2011

Degemer mat / Bienvenue / Salve / Bienvenido / Welcome / WelKom / 歡迎 / Willkommen / Benvenuto / Aloha / добро пожаловать / Yôkoso …

Mes amis, vous entrez sur le blog (à part) du Phil. Rien d’extraordinaire me direz-vous ? Eh bien si. Il n’a certainement pas inventé le Phil à couper le beurre, sa bobine n’est certes pas collée en haut de l’affiche des grandes salles Parisiennes (Phil faisant un Bobino !!!!), sa PHILosophie épicuro-vagabonde ne restera sans doute pas dans les annales de l’humanité … mais le Phil est un être unique, avec des racines, un ADN, une histoire, un vécu, une construction, un regard… qui lui sont propres, et à ce titre mes amis, il doit bénéficier de votre profonde indulgence car le Phil est par essence…

… un tricoteur de Phild’art, un détrousseur de chaperon rouge (filou), un (semi)-conducteur, un éclaireur d’ampoules (Filament), un découvreur des mois d’avril, un penseur du trop (merci Molière)…

Il coagule les mots qui fuient. Il est l’ami indéfectible d’Ariane. C’est le Phil des mots, de l’eau, de l’air, du fer et du temps…

Hélas, il est souvent dans le Fog (merci Jules Vernes). Car si le flegmatique Phileas Fogg ne voit pas toujours ce qui se passe autour de lui, paradoxalement il fonce et voit bien cependant ce qui se passe devant lui. Brumes et brouillards. Défilement des espaces temps sans Phil à la patte.

Il donne du Phil à retordre aux idées reçues.

Mais quel est le double qui se gare derrière ce Phil ?

Simple comme un bon coup (oui, je sais c’est facile…) : il est son âme, la différence entre le tout et la somme de ses (2?) parties (Merci Aristote, Harry s’tate pour les intimes).

Que trouve t’on sur ce site ?

Le Phil rouge quoi ! (là j’assume mais sans le bonnet…)

Eh bien vous y trouverez des textes de chansons écrites sur des coins de tables et mises en musique en mode artisanal par cet ACI (C’est comme ça que çà se dit, en clair : Auteur-Compositeur-Interprète). Pour composer l’ACI se tient debout, voir allongé. Ce qui est un comble n’est ce pas ?

Sur les albums du Phil les morceaux sont mis sans ordre particulier. Pour ce Blog, l’idée lui est venue de les poser dans des catégories naturelles (Coup de Griffes, Coups de Cœur et Pelletage de nuages, Au Phil des Jours, Mots/queries, ou suis-je ou vais-je ? …). D’autres catégories viendront sans doute s’ajouter car la belle idée d’un web, c’est finalement sa facilité d’évolution, la vitesse du partage et de la mise en ligne. Un disque prend trop de temps à faire.

Une chanson = une page

Sur chaque page vous y trouverez le texte en html et en pdf (acrobat), quelques illustrations du texte parce que rien ne vaut un p‘tit dessin ou une photo pour illustrer le propos, un petit lecteur qui permet d’écouter le morceau en format mp3 et de le télécharger pour ceux que çà intéresse. Gratos évidemment ; Raz le bol de nos sociétés mercantiles. Vive le partage et le Free style !

Mode de distribution choisi : le proche en proche, le pote en pote, le bouche à bouche. Le va et vient.

Distribution confidentielle assumée. Oreille en coin.

Les albums du Phil

3 albums sont sortis dans les bacs à sable. Le premier en 2007, le second en 2009 et le dernier en 2011. Ils font l’objet d’une distribution discrète de l’auteur qui les fabrique à la main et les imprime sous forme de carnets de bords très colorés par le biais d’un ESAT de la région.

Les deux premiers albums ont été enregistrés avec des moyens on ne peut plus basiques (Un petit enregistreur numérique grand comme un paquet de clopes). Chaque partie enregistrée est ensuite transférée sur un logiciel du commerce avant d’être convertie, assemblée et mixée pour en faire un morceau écoutable. Bref, un processus artisanal assez long (une cinquantaine de prises pour faire un petit morceau) et une qualité de restitution forcément un peu impactée. Les réglages (équilibrage, effets, stéréo, hauteurs…) se font sur le logiciel. L’informatique au service de la musique, c’est certes une avancée mais le jouet offre l’inconvénient d’inverser substantiellement l’approche : la technique (PC) prend un peu le pas sur l’artistique. On a tendance à user du copier /coller pour arranger les choses…


Le troisième opus du Phil pallie en partie à ce problème car les enregistrements sont désormais réalisés à partir d’un enregistreur numérique 16 voies offrant la gravure CD en sortie. Plus besoin de PC. Chaque track est enregistrée en direct séparément et le mixage se fait directement sur la console en y associant la couleur de son retenue (Grave/Aigue, Distorsion, Réverbération, …).


Phil compose sur une base de guitare (une guitare folk électroacoustique de marque Ovation, une guitare classique espagnole Alhambra). Il rajoute ensuite les instruments qu’il a à sa disposition (Beaucoup de Flutes, des Harmonicas, des percussions, une guitare basse acoustique…) et complète l’harmonisation par un synthétiseur offrant de multiples choix supplémentaires (Piano, cuivre, violons, saxos…). One man / One band dirait J. Clegg.

Je vous présente d’ailleurs sa petite bande de clones :

Aux guitares et aux voix : Phil et (Marie) Jeanne de Donrémi fa…

Aux Flutes et aux prises de bec : Pipo

Aux harmonicas : Phil’harmo nik (sans sa mère)

Aux percus, tapettes et human beats : Phil’omar Bongo

A la basse : le psy‘philis